Skip to main content
{{Cart.NumberOfCartItems}} 0

Nico Quéré troisième de la première manche de la Coupe de France Enduro VTTAE

mardi 25 août 2020

Teams / Athlètes

Ce week-end, sur les pentes du Val d’Allos, Nicolas Quéré reprenait le chemin de la compétition sur son Giant Reign E+ Pro après quelques mois d'arrêt forcé par la crise sanitaire.

Vous le savez, le calendrier des compétitions VTTAE annoncé par la Fédération Française de Cyclisme en début de saison a été boulerversé. La manche d’ouverture de cette Coupe de France enduro VTTAE ayant été annulée, la manche de ce week-end à Allos faisait office d'ouverture de la Coupe de France VTTAE d'Enduro. Nous avons contacté Nico Quéré et recueilli ses impressions après la course courue sur son Giant Reign E+ Pro  .

GF: Alors, tes impressions après cette ouverture tardive de saison ?

Nico: Ça faisait quelques temps maintenant que je n’avais pas roulé en compétition et là on peut dire que je suis rentré d’un coup dans le vif du sujet. Ça a été un week-end très accroché et très éprouvant. Dès le début les gars du team Lapierre ont montré qu’ils étaient au rendez-vous. Moi j’avais pas mal roulé en montagne, j’avais aussi bien travaillé le physique pour être prêt, mais c’est vrai que je n’avais pas eu l’occasion de rouler en groupe à un rythme de course. Il m’a donc fallu un peu de temps pour trouver le bon tempo et rentrer dans ma course. Mais globalement, je sauve les meubles en montant sur le podium.

GF: Tu nous parles souvent de "trouver le bon rythme". Explique nous pourquoi c’est important de trouver le bon tempo sur des courses qui durent 2 jours.

Nico: Oui, on sait que si la course ne se gagne pas sur les spéciales du premier jour, ce qui est certain c’est qu’elle peut se perdre. C’est ce qui est particulier dans notre sport quand tu dois gérer l’aspect mécanique et trouver le bon équilibre entre la prise de risque pour gagner des précieuses secondes et la sécurité. D’ailleurs j’ai fait une petite sortie de piste sur la Spéciale 5. Ça me coûte un peu de temps, mais je reste à moins de 10 secondes de Nico Vouilloz sur cette manche là tout de même. C’est vraiment serré. Il faut juste rouler vite et ne pas faire d’erreur qui peuvent coûter cher »

GF: On sait que cette année, le calendrier va se resserrer autour de quelques courses en peu de temps. Quelles sont les prochaines échéances  pour toi ?

Nico: Je ne vais pas avoir trop de temps pour me poser puisque je repars dès maintenant pour Zermatt sur la manche EWS. Nous attendions depuis quelques temps que le circuit Enduro World Series, qui est la série la plus représentative pour l’Enduro VTT au plan international, intègre l’e-bike et c’est désormais chose faite pour la saison 2020. Là, on va vraiment mesurer le niveau international. C’est super stimulant. Nous serons donc jeudi en reconnaissance et la course aura lieu vendredi en une seule journée sur 6 spéciales. Mon vélo marche bien. Suite à ce week-end, j’ai fait une petite adaptation sur la suspension avant. Il me tarde d’y être. »

GF: Et la suite de ton calendrier ?

Nico: On va vite arriver au week-end 12 et 13 septembre à Loudenvielle sur la 2ème manche des enduro-series qui fera aussi office de Championnats de France d’Enduro. Et après les EWS reprennent à Finale Ligure dans le nord d'Italie le 23 septembre. La dernière manche EWS aura lieu à Olargues en France, le 17 octobre. Notre saison enduro e-bike aura duré seulement deux mois, mais deux mois denses.

#RideUnleashed #EnduroElectrified

Partager